Après votre règlement, contactez-moi au
06 88 46 43 97 ou cliquez-ici












S'accorder le bonheur

S'accorder le bonheur
S'accorder le bonheur c'est s'offrir un moment unique sans prix.

S’accorder le bonheur.

Le simple fait de poser cette réflexion philosophique de prime abord cela semble facile et pourtant rien de plus compliqué pour s’y approcher.

Le bonheur est un concept légitime pour tout ce qui est vivant. Chaque humain, animal, plante, minéraux tendent à trouver l’harmonie.

L’harmonie offre les bienfaits de l’équilibre et cela ressemble bien à la recette qui amène au bonheur.
Le bonheur n’est pas un Saint Graal unique. Il se montre sur plusieurs formes.
Ce n’est pas un objet ou de l’argent ou toutes autres formes de pouvoirs qui donnent accès à lui, mais bien une forme d’esprit qui reconnaît et accepte de le prendre dans ses bras.
C’est aussi simple qu’une brise légère glissant sur une fleur, donnant à l’air un parfum délicat le temps de quelques secondes. Si nous nous en apercevons alors les quelques secondes nous donnera un moment de joie et même de bonheur réel.

Le bonheur est le plus souvent un état qui dure quelques secondes ou quelques minutes, voir même quelques heures dans une journée. Il n’est pas un état qui commence en début d’année et la remplissant sans la moindre défaillance. Non, le bonheur et c’est peut être pour cela qu’on le remarque et qu’on puisse l’apprécier à sa juste valeur, c’est qu’il est aussi volage que la brise parfumée.
Le bonheur est un sac rempli de plus ou moins grands rendez-vous de joie.

Imaginez que vous buviez de l’eau sans cesse sans prendre de pause. Vous ne connaîtriez jamais la sensation de soif et la joie que vous avez en étanchant votre besoin de boire. La neige est agréable lorsque vous aurez goûté tout un été de canicule. Inversement. Après un rude hiver, combien il est bon de retrouver le soleil.

Il est donc important de savoir que le bonheur est fait de moments fugaces.
Il appartient à nos perceptions et à notre capacité de le prendre en soi sans attendre. Si un bel oiseau passe dans le ciel et que vous entendiez le son de ses ailes dans le vent. Ne vous dites pas « je finis ce que je suis en train de faire et je le regarderais après » L’oiseau serait passé et le moment perdu à tout jamais.


Mais qu’est-ce le bonheur ?

Il y a des joies qui donnent de bons moments, mais le bonheur c’est autre chose que de petites joies.
C’est un état de plénitude, un réel sentiment si puissant qu’il nous donne à voir le monde, la vie merveilleuse.

Peut-on l’être vraiment dans un monde où chaque jour l’on peut voir à la télévision des catastrophes, les misères des gens, la faim dans le monde ? A moins d’être sans cœur nous ne pouvons détourner le regard et de ce fait être touché et perdre la possibilité de sentir le bonheur dans toutes sa splendeur. Suffirait donc de couper la télévision et de ne pas lire les journaux pour que le bonheur personnel ne soit pas abîmé ?

Le bonheur serait donc à ce point fragile qu’il ne doit pas être confronté au monde grouillant de mille histoires ? Cela voudrait dire qu’il ne faut pas savoir ce qui existe dans le monde pour pouvoir être bien.   Faire semblant de ne pas savoir ou bien être simple d’esprit et ne connaître ni les guerres, ni la famine dans le monde et se contenter que de nous, notre existence sans se soucier du reste du monde ?

Est-ce que Sœur Emmanuelle, la religieuse qui consacra sa vie à « ses petits pauvres », « ses chiffonniers » comme elle aimait dire, était sur le chemin du bonheur. Lorsqu’elle remarquait des pauvres sans le moindre bout de pain à se mettre sous la dent et qu’elle venait leur en offrir, ressentait-elle ce sacré bonheur que l’on cherche tous ?
Faut-il s’approcher de la tristesse et d’essayer de la changer en sourire pour pouvoir faire naître le bonheur. Sentir la joie dans l’autre nous donne t-il la satisfaction, déclencheur du bonheur ?

Toujours est-il que le bonheur ne sera jamais qu’un son, qu’une couleur, qu’une pensée. Le bonheur sera toujours quelque chose de si complexe que rien ni personne ne pourra le soumettre à être ou ne pas être. Le bonheur n’est pas que joie sans larme. Le bonheur est aussi le sentiment d’une profonde émotion qui nous fait vibrer l’âme et le cœur.

Après bien de difficulté et de souffrance sur la route du sommet. Le marcheur, piolet à la main traversera mille périples pour enfin mettre les pieds au sommet et de pouvoir enfin récolter son moment rare de contemplation. Devant l’immensité il se retrouvera dans son bonheur. Le marcheur fabriquera dans sa marche le bonheur. Il ne sera pas venu comme ça, par hasard mais par son vouloir.

Beaucoup cherche le bonheur en serrant les point ou en croisant les doigts et en faisant mille choses pour déclencher le bonheur et pourtant n’y arrivent pas ! Faut-il plutôt ne pas essayer de l’attraper mais qu’il vous attrape tout simplement ?

C’est dans la décontraction de tous les sens que les sens peuvent se révéler. Ce n’est pas en contrôlant que notre esprit peut se laisser aller là où le subtil règne. Il n’y a pas de recette bien établie pour atteindre l’extase du bonheur mais en se laissant happer.

Lorsque vous êtes sur un grand 8, un manège de foire. Vous êtes juste à bord d’une chenille de ferraille. Vous n’êtes pas celui qui l’a construite. Vous n’êtes pas dans les plans du chemin qu’elle fera. Les virages dans le grand 8 sera empreints de hasard constant. Vous, vous n’êtes qu’un passager qui prendra toutes les sensations en plein visage. Vous en aurez plein les yeux, plein les vibrations que font les roues sur les railles. Vous vivrez chaque seconde comme l’instant à vivre et rien que le présent sera votre vie. Pendant l’instant n’y a pas de réflexion sur le passé ou si peu. Pas de futur ou si peu, mais juste le présent avec des pensées furtives de danger et d’impression de l’importance de la vie. Car il faut bien l’avouer, lorsque nous sommes dans un grand 8, nous nous confrontons à un danger potentiel qu’un accident arrive et pourtant vous y aller juste pour ressentir le présent plus fort. Vous ne souhaitez pas que cela se passe mal, pourtant vous prenez tout de même un ticket pour cette aventure.

Mais cette sensation ne se trouve pas uniquement que dans les grands 8. On les trouve aussi bien en humant une fleur sauvage ou un nuage qui passe dans le ciel. L’important est dans notre perception du « divin » Je ne pale pas que de Dieu mais de la nature aussi. Quand je dis « divin » je dis « sublime »
Je vous souhaite bonheur au temps de fois que possible.

S'accorder le bonheur – Votes Note moyenne : 3.4782608695652 23 avis

Note: 3.5/10 (23 votes au total)

Partager :Aimez Voyance en ligne.org


Suivez nous sur Facebook !