Après votre règlement, contactez-moi au
06 88 46 43 97 ou cliquez-ici












Mon parcours en voyance

Mon parcours en voyance
J'ai eu envie de vous parler de mon parcours de voyant. Le parcours d'une grande partie de ma vie. Le début de la découverte que l'invisible était autant vivant que le monde visible. La découverte que la voyance n'est pas que sous forme de vision mais bien plus vaste encore.

Mon parcours de l'expérimentation en voyance.


Au départ ce n'est pas la voyance qui m'a rendu visite en premier.
Lorsque j'étais enfant j'ai remarqué que l'on pouvait soulager les maux avec sa simple volonté.
Juste avoir envie que le mal passe et cela fonctionnait le plus souvent.
C'est un peu comme si je visualisais l'intérieur de la partie en souffrance et la pansais.

Mais revenons au tout départ de la découverte de ma voyance. Je dis « ma  voyance » car je ne suis pas dans la tête de tous les voyants ici bas et ne sais pas comment ils voient, ressentent les choses.

Au tout début, la voyance s'est manifesté avec des mots qui sortait de ma bouche dans un brouhaha
impossible à comprendre pour celui qui l'entendait. Pour moi tout était clair. D'ailleurs les mots qui s'envolaient de ma bouche pouvaient s'arrêtaient là car dans ma tête tout était déjà arrivé, formé, compris, mais bizarrement, c'était comme s'ils devaient sortir jusqu'au dernier mot, être prononcé pour être satisfait.
Il fallait ensuite, pour moi, reprendre mon calme et mon esprit pour dire ce que j'avais déjà dit mais dans un langage compréhensible.
Cette première étape a duré 1 mois ou deux si mes souvenirs sont bons.

Ensuite il eut des sensations et des images arrêtées. Je voyais une image fixe qui durait une fraction de seconde devant mes yeux. Mais ce n'est parce qu'elle met apparue si peu de temps que j'en ai pas gardé tout détails. Un laps de temps suffisant pour que le cerveau reconnaisse les points importants de ce que représentait l'image en question.

La suite de ces débuts d'expériences de la voyance fut les flashs animés.
Une sorte de film flou comme lorsqu'on regarde au travers d'un carreau embué ou pendant la pluie qui s'abat sur les fenêtres.
L'émotion qui s'en dégage m'amène une compréhension assez aisé sur les gens ou paysage ou scène de la vie courante de la personne qui m'interrogeait pour x ou y raison.
Même si le flash animé était flou, difforme, il m'indiquait là où le bas blesse.

Je ne me souviens plus combien de temps, combien de mois j'ai du attendre pour que les outils de la voyance se développent mais la suite me surpris par ses possibilités.
D'ailleurs, lorsque je dis «  combien de mois j'ai du attendre «  cela est faux puisque je pensais que la voyance que je me servais avait donnée tous ses fruits, tous ses outils et qu'on ne pouvait aller plus loin dans la façon de faire, de pouvoir...
J'ai compris plus tard que la limite en toutes choses n'existe pas.
Il n'y a aucune barrière sauf celles que l'on se crée.

Après que les flashs se sont éclaircis, accentués en couleurs et en formes plus distinctes.
Que la fenêtre n'avait plus de gouttes d'eau qui empêchaient une bonne vision, il eut se déclencheur que je vais vous expliquer.

Alors que j'étais en voyance, ayant un flash arrêté, donc figé, je raconté ce que j'étais en train de voir et la personne me dit si je pouvais voir dans l'autre pièce. C'est là que sans réfléchir j'ai eu le réflexe spontané de pencher la tête vers la gauche.

J'avais devant moi, dans l'image vue, un fauteuil collé sur le mur du salon et n'était pas positionné de telle sorte de voir la cuisine. L'entrée de la cuisine se trouvait juste à gauche du fauteuil.
C'est en voulant me pencher vers la gauche que l'image eu un panorama plus large et j'ai pu me positionner vers cette entrée de cuisine. J'étais stupéfait par l'expérience d'avoir pu agir sur ce qui m'entourait dans l'invisible. Cela voulait dire que j'étais quasiment acteur et non simple spectateur de l'image qui s'imposait à moi.

Il est évident que je me suis posé mille questions.
Pouvais-je, à mon gré visiter une maison complète rien qu'à la vue d'un bout de pièce ?
Pouvais-je sortir de la maison de l'image est à quelle distance ?
A force de pratique cela c'est révélé vrai mais j'ai remarqué qu'on ne pouvait le faire
uniquement lorsque le contexte était logique.
Si cela ne servait pas à la question voyance posée, alors je ne pouvais le faire comme avec un jeu vidéo.

La suite fut le toucher invisible.

Dans «  toucher invisible «  cela englobe le toucher, le sentir, le goûter et estimer la densité des choses.

Je m'explique. Lors d'un flash image ou film, lorsque cela arrive, la personne peut s'interroger et nous demander plus en profondeur sur ce que nous sommes en train de dire sur ce que l'on voit ou ressent.
Alors que je vois une pièce et la décris. Alors que je suis en train de lui parler d'un meuble que je distingue, je vois aussi un canapé dans la pièce et la personne m'interroge sur ce dernier en me demandant comment il est fait. Canapé en tissu fleuri, en cuir ?

Et c'est là que l'expérience démontre qu'aucune limite n'existe dans le monde invisible.

Vu que la pièce était sombre, je n'arrivais pas à comprendre de part ma vision si le canapé était de tissu sombre ou de cuir sombre, j'ai voulu m'approcher, comme pour zoomer sur l'objet intéressé et c'est là que j'ai pu approcher la main et toucher la texture.
C'est en touchant que tout est venu. Le goût du cuir dans la bouche, l'odeur vieilli mais bien présent avec l'odorat et la texture lisse du cuir sous mes doigts et le bruit que fait le cuir lorsqu'on passe la main dessus.

Tous ces outils qu'offre la voyance ne se réveillent pas à chaque fois.
Cela arrive le plus souvent qu'en on a besoin d’éclaircissement pour comprendre ou faire comprendre le message que l'on doit donner. Lorsque nous sommes pauvres en données, alors les outils s'ouvrent pour vous les apporter.

Comme lorsque vous vous servez d'un couteau suisses. Ce n'est pas parce que vous avec 3 lames de différentes longueurs. Un tournevis et une lime à ongles qu'il faille ouvrir le tout si vous n'avez besoin, pour l’occasion, d'un simple tire bouchon.
Le principe avec les outils de la voyance en est de même.

J'ai eu la pensée et par la suite l’expérience pour vérifier si avec tout ces outils déployés, je pouvais imaginer à être réellement acteur et donc influencer, me faire entendre dans l'instant du flash.
Imaginez cette expérience : Lors d'un flash où des personnes s'y trouvent. S'arrêter sur l'une d'elle et soit, la toucher et savoir si elle a ressenti, soit lui parler et voir par la suite si elle à entendue, etc...
C'est peut être moi qui me bloque car aucune barrière n'existe.
Ou bien il est impossible d'influencer de cette manière ce qui fut, est ou sera.
Ce n'est pas parce que je  n'y suis pas arrivé que l'expérience n'est pas possible.

En magnétisme, nous touchons, parlons aux cellules. Nous influençons le chemin
de la guérisons ou du soulagement mais en voyance, d'après mon expérience, je reste une sorte d'acteur invisible qui n'a de rôle que de voir et même en me déplaçant pour mieux comprendre mais pas de déplacer l'objet réel d'un flash.

Certainement, des personnes qui n'ont pas pris ce chemin et d'autres qui l'ont vécu, liront cet article et voudront continuer la discussion ou témoigner de leur histoire où façon de faire.
Je vous invite à rejoindre la page facebook du site. Je vous lirai et y répondrai.
https://www.facebook.com/pages/Jclaude-Voyance/263639603677885?ref=hl



Mon parcours en voyance – Votes Note moyenne : 3.9845360824742 388 avis

Note: 4.0/10 (388 votes au total)

Partager :Aimez Voyance en ligne.org


Suivez nous sur Facebook !